Photo : M. B. M.
Dans le même numéro

Une nouvelle crise financière ?

juil./août 2019

Si le risque systémique n’a pas disparu de la finance mondiale, la vigilance des autorités de régulation et des taux d’intérêts durablement bas permettent d’écarter la perspective d’une crise.

Qu’ils soient de droite ou de gauche, libéraux ou keynésiens, orthodoxes ou hétérodoxes, rarement une même idée aura autant fait consensus chez les économistes : une nouvelle crise financière est imminente. Livres, articles, rapports de think tanks, etc., tous les supports sont mobilisés pour nous prévenir de la crise qui vient. Le raisonnement est simple : la crise de 2007-2008 était due à un excès d’endettement ; or, selon les données de la Banque des règlements internationaux (Bri), les crédits aux agents non financiers (États, entreprises et ménages) atteignaient, à la fin de 2018, 178 000 milliards de dollars, en hausse de plus de 80 % par rapport à la fin de 2006. Si la dette crée la crise, encore plus de dette créera encore plus de crise, CQFD.

Sauf que ce n’est pas si simple. D’abord, si toutes les bulles financières sont effectivement précédées d’une bulle de crédits, la progression de ces derniers ne représente pas une condition suffisante pour faire apparaître une crise financière. Ensuite, la finance paraît moins spéculative qu’il y a dix ans. Enfin, les conditions d’endettement ne sont plus les mêmes, avec des taux d’int&ea

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Christian Chavagneux

Docteur en économie, il a enseigné à Sciences Po et à l'université Paris-Dauphine. Après avoir été économiste pour l'Agence française de développement, la Société générale et le Commissariat général du Plan, il est désormais journaliste pour Alternatives Economiques et chroniqueur dans des émissions télévisées et radiophoniques. …

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?