Dans le même numéro

Ces jeunes matheux français qui ont choisi la City

décembre 2007

#Divers

L’enseignement supérieur français forme encore à l’excellence dans des domaines précis. Mais les jeunes diplômés très recherchés qui sortent de nos meilleures formations ne trouvent pas toujours de poste de chercheur en France ni de débouchés dans un emploi attractif. Londres, au contraire, a su tirer parti d’une filière particulière de matheux formés à Paris dans un secteur économique stratégique. Qui sont ces jeunes gens qui ne voient pas leur avenir en France ?

En 2007, 300 000 Français environ travaillent en Grande-Bretagne, dont 200 000 à Londres. La très bonne situation du marché du travail à Londres et dans le sud de l’Angleterre explique largement ces flux migratoires1. Du jeune sans qualification particulière employé dans le commerce ou la restauration au banquier de la City résidant dans le quartier chic de South Kensington, Londres est devenue une grande ville ... française. Des articles de presse et des émissions de télévision ont été régulièrement consacrés à ce phénomène migratoire. En revanche, aucune étude systématique de sociologie ni d’anthropologie sociale n’a été pour l’instant consacrée aux Français de Grande-Bretagne, pourtant magnifique terrain d’enquête pour un

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Christian Lequesne

Professeur à Sciences Po, ancien directeur du Ceri, il a récemment publié Ethographie du Quai d’Orsay. Les pratiques des diplomates français (Cnrs, 2017).

Dans le même numéro

Qui sont les étudiants ? Mobilités, aspirations et crainte de l'avenir
L'enseignement supérieur à la recherche d'un modèle universitaire
Les dynamiques du changement : quand l'exemple vient de la province
Paris et sa périphérie : quelles alliances ? quels regroupements ?
Défis mondiaux et traditions universitaires : comparaison européenne
L'université au coeur de l'économie de la connaissance
La recherche et l'innovation : où en est la France ?