Photo : Julien Tondu
Dans le même numéro

Colonisation et migrations : une faute de la République ?

Le président Macron a reconnu la colonisation comme une faute de la République. Cette formule morale occulte le sort réservé aux migrants africains, pour lesquels Paul Ricœur demandait déjà le respect du droit d’asile.

Peu après la chute du mur de Berlin, Paul Ricœur explique : « Pour comprendre ce qui se passe à l’Est, je rappellerai ce que me disaient les Tchèques. Leur souci n’était pas de savoir quel était le meilleur régime économique, mais d’abord de sortir de la peur et du mensonge1. ». On serait tenté de dire la même chose à propos des Africains : leur souci n’est pas de savoir quelle est la meilleure politique monétaire ou la meilleure constitution ; ils veulent d’abord sortir de la peur et du mensonge. Aujourd’hui, alors que de nouveaux murs de barbelés s’étendent et se renforcent de Gibraltar au Bosphore, beaucoup d’Africains traversent le Sahara comme le firent les Allemands de l’Est à travers la Hongrie à l’été 1989, quand un vieux mur se lézardait.

Paul Ricœur s’est interrogé sur la représentation du passé dans le présent, sur le passage des mémoires individuelles vers notre mémoire collective, qui se fait par l’intersubjectivité des citoyens2. Les historiens font le travail de vérité par la documentation sourcée, confro

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Christophe Courtin

Christophe Courtin est le directeur du Partenariat International CCFD-Terre solidaire.

Roger Folikoué

Roger Folikoué est enseignant chercheur à l’université de Lomé, où il anime un séminaire de philosophie politique

Dans le même numéro

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l’inertie de la loi et que d’autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Fœssel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d’historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l’œuvre de Patrick Modiano.