Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Les dommages de l'antipolitique aux États-Unis

juillet 2010

#Divers

De même que François Furet nous expliquait en 1981 que l’élection de François Mitterrand signifiait la fin de la révolution française, de même l’élection de Barack Obama en 2008 semblait incarner en quelque sorte la réalisation de la révolution américaine. Le péché originel des Pères fondateurs – le maintien de l’esclavage – aurait été enfin dépassé par une nation en train de se réconcilier avec elle-même au-delà de ses divisions de race et de classe. S’ouvrait alors la voie vers une politique qui œuvrerait enfin pour le bien commun.

Alors qu’on s’approche des élections de mi-mandat, qui renouvelleront la Chambre et un tiers du Sénat, cet espoir se révèle chimérique, fruit d’une vision naïve qui supposait qu’une fois levé les obstacles irrationnels imposés par le passé, le bon peuple devrait savoir enfin vivre ensemble au-delà de toute division politique1. Le rêve de la fin du politique hante nos démocraties et grève leur capacité de faire face à un monde financiarisé qui, pour sa part, est également antipolitique, ne reconnaissant ni la division sociale ni le légitime conflit d’intérêts. Autrement dit, le capitalisme perdure, malgré nos espoirs de le dépasser.

L’échec de l’accord au-delà

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dick Howard

Professeur de sciences politiques aux Etats-Unis, il connaît bien l'Allemagne et la France, d'où un travail de médiation philosophique entre les trois pays, qui porte notamment sur les héritages du marxismes entre l'Europe et l'Amérique, mais aussi les débats et les malentendus transatlantiques. Il a notamment publié en Français, Aux Origines de la pensée politique américaine, Paris,…

Dans le même numéro

Bien vieillir : quels choix collectifs ?
La polémique du "soin mutuel"
Les retraites, la politique des âges et l'équité entre les générations
Le vieillissement et les dépenses de santé
Quelle prise en charge médicale pour la dépendance ?