Dans le même numéro

Plasticité de Shakespeare. Chronique transatlantique (IX)

Chronique transatlantique (IX)

Shakespeare était friand de jeux d’identité (y compris sexuelle), de déguisements, des jeux de mots et des doubles sens qui aboutissent à des retrouvailles inattendues.

Sa première pièce, La comédie des erreurs, est déjà un summum du genre parce que, s’agissant d’une comédie, la profondeur des personnages n’a pas besoin d’être développée. Elle est montée par The Acting Company, créée en 1972, qui s’est donnée pour mission d’apporter aux étudiants des villes et des régions artistiquement mal desservies une véritable expérience théâtrale. Leur tournée de 2010-2011 les a amenés au campus de la Pace University (du 9 au 17 avril 2011).

L’histoire est simple. Le bateau où se trouvait une famille coule lors d’une tempête ; les frères jumeaux ainsi que leurs serviteurs personnels, qui vont se révéler être des jumeaux également, se retrouveront après des jeux d’amour et des escarmouches avec la justice ; et pour comble, le père qui les cherchait retrouvera dans la personne d’une abbesse la femme qu’il pensait noyée. Histoir

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dick Howard

Professeur de sciences politiques aux Etats-Unis, il connaît bien l'Allemagne et la France, d'où un travail de médiation philosophique entre les trois pays, qui porte notamment sur les héritages du marxismes entre l'Europe et l'Amérique, mais aussi les débats et les malentendus transatlantiques. Il a notamment publié en Français, Aux Origines de la pensée politique américaine, Paris,…

Dans le même numéro

Tunisie : le temps de la fondation

La corruption politique en Algérie

Aperçus des révoltes au Caire et à Damas

Les avenirs incertains de la sécularisation