Dans le même numéro

Paradoxes de l'«apocalypse». À quoi tenons-nous? XVII

décembre 2007

#Divers

À quoi tenons-nous ? (XVII)

Il est facile de comprendre pourquoi l’une des questions ou l’une des tentations principales du moment présent consiste dans celle de son unité, ou de son unification, pour ainsi dire, absolue. C’est que nous vivons, sans aucun doute, un moment de « catastrophes » possibles de divers ordres, peut-être donc, en un sens, le moment des catastrophes. Mais vivons-nous pour autant le moment de la, voire La catastrophe ? C’est un pas devant lequel il nous est permis de douter, et qu’il importe de bien mesurer.

Ce qui caractérise les catastrophes, chaque catastrophe, c’est en effet à nos yeux qu’elle a quelque chose à chaque fois de particulier, de déterminé, et d’absolu. Nous la définirions ainsi comme le renversement ou l’interruption, à chaque fois, d’une totalité. Ainsi, sa disparition est pour chaque vivant une catastrophe, comme pour une chemise blanche la moindre tache visible, ou pour l’humanité son extinction d’ensemble. Il n’y a donc rien de contradictoire à ce que la catastrophe soit à la fois absolue et déterminée.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Frédéric Worms

Philosophe, spécialiste de l’œuvre de Bergson (Bergson ou Les deux sens de la vie, 2004), il a aussi développé une hypothèse générale d'histoire de la philosophie (la notion de « moment ») appliquée notamment à la philosophie française du XX° siècle (La philosophie en France au XXe siècle – Moments, 2009). Il étudie également les relations vitales et morales entre les hommes, de la métaphysique à…

Dans le même numéro

Qui sont les étudiants ? Mobilités, aspirations et crainte de l'avenir
L'enseignement supérieur à la recherche d'un modèle universitaire
Les dynamiques du changement : quand l'exemple vient de la province
Paris et sa périphérie : quelles alliances ? quels regroupements ?
Défis mondiaux et traditions universitaires : comparaison européenne
L'université au coeur de l'économie de la connaissance
La recherche et l'innovation : où en est la France ?