Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Fernando Gil, la lucidité comme évidence

juin 2006

#Divers

Le philosophe portugais Fernando Gil (1937-2006) est décédé à Paris. Il a parcouru le siècle, en commençant dans les années 1950 par l’attraction marxiste. Toutefois, dès sa jeunesse à Lourenço Marques (aujourd’hui Maputo, Mozambique) se produisit la rencontre inattendue avec l’« Hétérodoxie » d’Eduardo Lourenço. Un poète de ses amis, Rui Knopfli, joua un rôle important – il était parmi

les rares personnes qui, au cours de ces premières années cinquante, doutaient de l’excellence du marxisme (comme son scepticisme m’irritait !).

Et l’« Hétérodoxie » bouscula les consciences, en mettant en cause le « déterminisme ». Fernando Gil, plus tard, devait s’étonner de ce que cette mise en garde n’ait pas trouvé de réponse immédiate chez lui :

Il suffit qu’un seul homme transcende la classe pour que tous les autres soient susceptibles de la transcender eux aussi.

En 1953, Fernando Gil était aux prises avec la mise en garde d’Eduardo Lourenço, il tenta de résist

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Guilherme d'Oliveira Martins

Guilherme d’Oliveira Martins est un juriste et homme politique portugais. Membre fondateur des jeunesses socio-démocrates, il a notamment exercé les fonctions de ministre de l’éducation (1999-2000), ministre des finances (2001-2002) et président du tribunal des comptes (2005-2015). Il est actuellement membre du conseil d’administration de la Fondation Calouste-Gulbenkian.…

Dans le même numéro

De la renaissance italienne à Manet et Cindy Sherman
Le regard de l'historien et la pensée des peintres