Milan Kundera en 1980 | Wikimédia
Dans le même numéro

Les testaments à nouveau trahis de Milan Kundera

décembre 2020

Une biographie publiée cet été à Prague accuse Milan Kundera de compromissions avec le régime communiste tchèque, sans autres preuves qu’une analyse contestable de son œuvre. Retour sur une habile opération de communication réalisée aux dépens d’un monument littéraire.

Au début de l’été, flottait comme un parfum de procès politique à Prague. Rien de judiciaire, comme au bon vieux temps du communisme. On s’était adapté. Le tribunal était l’opinion ; le procureur, un hebdomadaire ; le témoin à charge, un auteur de second rang. Quant aux organisateurs, des communicants de l’industrie du livre. Un non-événement en somme, n’eût été la figure de l’accusé, Milan Kundera.

Les empires totalitaires ont disparu mais l’esprit du procès est resté comme héritage. Milan Kundera

Il y a près de trente ans, Kundera nous avait prévenus : « Les empires totalitaires ont disparu avec leurs procès sanglants mais l’esprit du procès est resté comme héritage1. » Et voilà qu’en cette fin de mois de juin 2020 on publiait à Prague une biographie – Kundera : une vie tchèque en son temps (non traduit) – qui devait ouvrir son procès ! Fini le « privilège d’intouchabilité » dont il avait jusque-là bénéficié, on allait (enfin !) connaître « la vérité », on serait (enfin !) en mesure de juger.

L’auteur, Jan Novák, était surtout connu pour une biographie romancée de deux frères qui avaient combattu le communisme les armes à la main. Rien ne le prédisposait à se faire biographe d’un écrivain si ce n’est, dans le cas de Kundera, son anticommunisme qu�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Bourgois

Juriste et traductrice, Hélène Bourgois est née à Prague en 1940 et vit en France depuis 1948. Parallèlement à sa vie professionnelle, elle a eu de nombreuses activités dans le monde associatif, notamment lors de la guerre en ex-Yougoslavie.

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.