Affiche de Alfons Mucha - F. Champenois Imprimeur-Éditeur
Dans le même numéro

L’art de la Belle Époque, un miroir et des mirages

Pourquoi l’art des années 1900 éveille-t-il notre curiosité ? Le succès public alimente la récurrence des expositions sur cette période. Tel fut le cas, encore cet automne à Paris, avec Picasso. Bleu et rose[1], Egon Schiele[2] et Alphonse Mucha[3]. Bizarrement, associer ces trois noms, précisément contemporains, paraît presque incongru. À les regarder comme des génies autonomes, nous n’ignorons pas leur contexte historique, mais nous tenons ce dernier pour un décor qui en serait dissocié. Or ce temps «d’avant 1914» est précédé de son propre récit. Et l’ombre portée de la « Belle Époque » est profondément ambivalente. D’un côté, son imaginaire optimiste, son pari technique et son progressisme entretiennent encore une continuité tacite entre la révolution industrielle et celle du numérique aujourd’hui. De l’autre, nous avons appris à reconnaître l’acuité prémonitoire des artistes, dès avant la Grande Guerre. La discontinuité historique est criante. Un abîme s’est creusé entre

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM...

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.