Alexandre Soljenitsyne depuis un train à Vladivostok, à l'été 1994, avant de partir pour un voyage à travers la Russie. Photo de Mikhail Evstafiev
Dans le même numéro

Soljenitsyne : le lutteur est parti, l’écrivain reste

L’écrivain et le lutteur ont marqué le dernier tiers du XXe siècle de façon indiscutable. Son apparition fut foudroyante, éblouissante : depuis longtemps la Russie n’avait plus connu une telle énergie, une telle jubilation dans la bataille, un tel appétit de vérité.

C’est un phare, plein de fraîcheur d’âme, plein d’allant, de jeunesse, de bonheur. Nous avions oublié que de pareilles gens existent. Ses yeux sont comme des pierres précieuses.

L’éloge est d’Anna Akhmatova après sa première rencontre avec l’auteur d’Une journée d’Ivan Denissovitch, et c’est Lydia Tchoukovskaïa qui le rapporte dans ses Entretiens avec Anna Akhmatova.

Oh, Lydia Kornéevna, si vous aviez vu cet homme ! il est inimaginable. Il faut l’avoir vu pour le comprendre vraiment.

Akhmatova était à Moscou en visite chez des amis lorsqu’Une journée d’Ivan Denissovitch parut dans Novy mir. Elle déclare à son amie Lydia :

Je ne repartirai pas pour Leningrad tant que je n’aurai pas le no 11 de Novy mir entre les mains. Je veux m’assurer que nous sommes bien entrés dans une ère nouvelle.

Un amour blessé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Georges Nivat

Historien des idées et slavisant, traducteur spécialiste du monde russe.

Dans le même numéro

L'Etat français et les nouveaux outils de gouvernement
Les missions de service public et le choix de la concurrence
Quel est l'avenir de la fonction publique ?
La vis sans fin de la réforme