Edouard MANET, Un bar aux Folies-Bergères, 1881-82. Wikimédia
Dans le même numéro

Les collectionneurs visionnaires ?

La mise est apprêtée, les bouteilles de champagne bien alignées. La serveuse d’Un bar aux Folies Bergère (Manet, 1882) reste pourtant tristement désœuvrée. La fête bat son plein derrière elle, mais c’est le silence qui s’impose à mesure qu’on l’observe. Une anomalie nous retient : le reflet dans le miroir ne tient pas debout. Évincé par ce qu’il croyait être un client, le spectateur se retrouve seul face à un regard qui lui échappe en même temps qu’il lui est adressé, droit dans les yeux. L’évidence d’un face-à-face avait attiré notre regard, cette solitude égarée dans la foule ouvre un vide inattendu. Manet a capturé la fugacité d’un instant en même temps que l’éternité – la modernité est retournée comme un gant. Si la toile saute aux yeux à l’entrée de ­l’exposition Courtauld, tout empêche de s’insurger et de se ressaisir[1]. Comment un chef-d’œuvre peut-il ainsi être neutralisé ?

L’obstacle relève d’un contexte ­d’invisibilité croissante de l’art. Dans cette exposition, ce sont deux collectionneurs qui se racontent derrière le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM...

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.