DR
Dans le même numéro

Il faut sauver le soldat Genevoix

janv./févr. 2019

Panthéoniser Maurice Genevoix, c’est sans doute, à se loger dans le crâne de l’institution, décider et agir droitement. L’institution, on le sait, quand elle couronne, a pour visée de se mirer dans celui ou celle qu’elle consacre et de vérifier à cette occasion qu’elle demeure toujours aussi belle. Éternelle scène castafioresque de Marguerite aux bijoux. De fait, avec Maurice Genevoix, qui fait-on entrer : le lieutenant, un frère d’armes du saint-cyrien Porchon, l’un de «ceux de 14», soldats du 106, un grand blessé invalide à 70 %, l’instigateur de la fondation du Mémorial de Verdun, ­l’archicube, Raboliot ?

Le tableau, dirait-on, est presque trop bien composé, à l’imitation de ces peintures allégoriques de la Renaissance où ne fait défaut dans le cadre aucun des insignes propres à rendre lisibles tous les caractères et qualités du personnage : rien n’y manque, ni le luth, ni la reliure d’un livre, ni une fourrure, ni même un petit chien sur un coussin dans le coin gauche de la toile.

Si l’on conteste à bon droit l’hommage rendu aux maréchaux par les «professionnels de la profession&raqu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Loup Thébaud

Jean-Loup Thébaud est philosophe, il a notamment travaillé sur Jan Patocka et Hans-Georg Gadamer. Il a publié une discussion avec Jean-François Lyotard, Au juste (Paris, Christian Bourgois, 2006).

Dans le même numéro

Largement sous-estimée, l’œuvre de Claude Lefort porte pourtant une exigence de démocratie radicale, considère le totalitarisme comme une possibilité permanente de la modernité et élabore une politique de droits de l’homme social. Selon Justine Lacroix et Michaël Fœssel, qui coordonnent le dossier, ces aspects permettent de penser les inquiétudes démocratiques contemporaines. À lire aussi dans ce numéro : un droit à la vérité dans les sorties de conflit, Paul Virilio et l’architecture après le bunker, la religion civile en Chine, les voyages de Sergio Pitol, l’écologie de Debra Granik et le temps de l’exil selon Rithy Panh.