Dans le même numéro

Ernst Kantorowicz: A Life, de Robert E. Lerner

juil./août 2018

#Divers

Princeton University Press, 2017, 424 p., $39.95

Ernst Kantorowicz est connu avant tout pour un livre monumental, les Deux Corps du Roi (1958), dans lequel il explique comment, à la fin du Moyen Âge, les monarchies européennes se sont fondées symboliquement sur une théorie duale de la personne royale : à la fois corps mystique, donc permanent, à caractère divin, et corps naturel, particulier, exposé à la maladie et à la mort. En particulier, il montre comment cette représentation a ses origines dans la théologie chrétienne (la nature divine et humaine du Christ), et comment celle-ci a été progressivement laïcisée dans une théorie juridique de la monarchie, qui fonde en fait la théorie de l’État moderne, lui aussi perpétuel et impersonnel.
L’influence profonde de cette thèse, tout comme l’image de ­Kantorowicz lui-même, est restée toutefois dans l’ombre diffuse d’une jeunesse sulfureuse dans l’extrême droite allemande des années 1920. Son premier livre, une biographie de l’empereur ­Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250), avait été perçu dès 1928 comme un manifeste nationaliste à la gloire d’un grand héros germanique. Que ce livre ait été lu et admiré par Hitler, Goebbels et Mussolini n&rsquo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jérôme Sgard

Docteur en économie, Jérome Sgard est professeur d’Économie Politique à Sciences Po. Auparavant, il a notamment été chercheur au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII). Il est notamment l’auteur de L’Économie de la panique (La Découverte, 2002) et Europe de l’Est : la transition économique (Flammarion, 1997).…

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.