Pixabay
Dans le même numéro

Obama en Syrie : la stratégie de l'évitement

novembre 2016

Obsédé par la nécessité de désengager les États-Unis du Moyen-Orient, Barack Obama a tout fait pour ne pas intervenir en Syrie. La diplomatie américaine se retrouve aujourd’hui empêchée, face à une Russie déterminée à s’imposer comme seul rempart contre le djihadisme.

Le second et dernier mandat du président Obama aura été entièrement traversé par les révolutions arabes. Il est au pouvoir quand elles débutent, réélu au moment où elles commencent à dériver, et il quittera sans doute la Maison-Blanche alors que leur avenir est toujours aussi incertain. Il en va de même, plus particulièrement, de la « crise syrienne ». Même marginalement, celle-ci pèse au moment de son élection, nouée aux autres dossiers moyen-orientaux (la négociation alors en germe avec l’Iran) et internationaux (alors que la politique du reset avec la Russie commence à dévoiler ses limites et ses échecs). Au fil des quatre dernières années du pouvoir d’Obama, cette révolution, dévoyée autant par ses dynamiques propres que par les non-choix faits par l’administration américaine, deviendra la crise par rapport à laquelle sa politique étrangère sera analysée, louée par les uns et dénigrée par beaucoup d’autres.

Pour autant, et c’est là tout le paradoxe, la Syrie n’aura pas été un souci principalement anxiogène pour l’administration Obama, en dehors de ses extensions diplomatiques ou de l’excroissance que constitue la montée du phénomène djihadiste, qui tend progressivement à prendre la place de la question syrienne elle-même. Pour Obama et son cercle proche, ce n’est pas la Syrie en tant que telle – un pays en proie à une contestation qui s’est armée et radicalisée a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joseph Bahout

Joseph Bahout est professeur de sciences politiques, directeur de l'Institut Issam Farès de politiques publiques et d'affaires internationales à l'Université américaine de Beyrouth. Il a été professeur à Sciences-Po Paris, Consultant permanent au CAPS et Chargé de mission à l’Académie diplomatique internationale. Il a écrit en 2014 Les entrepreneurs syriens : Économie, affaires et politique.

Dans le même numéro

« Nos prisons » sont celles dont nous portons collectivement la responsabilité : contre l’indignité des conditions de détention, en dépit de maigres ressources et face au défi du terrorisme. A l’encontre des perspectives sécuritaires, il importe aujourd’hui de promouvoir la réinsertion sociale des détenus et de renouveler le sens de la peine.