Dans le même numéro

Au-delà de la finance verte

janv./févr. 2018

#Divers

La finance – même verte – étant soumise à des contraintes de rentabilité à court terme, elle ne pourra pas prendre en charge les investissements nécessaires à la transition écologique sans l’action de la puissance publique.

Combien coûte la transition vers une société durable ? Ce qui est durable ou non, c’est une façon de consommer, de vivre et d’employer des ressources physiques. L’investissement dans l’offre d’équipements plus « sobres » en matières premières et en énergie permet de réduire la pression sur les ressources à confort de vie constant, mais n’abolit pas les limites physiques de la planète. « Changer de modèle » dépasse ainsi les solutions purement techniques et dépend de notre capacité d’organiser nos sociétés autrement, de « changer de vie », jusqu’à la redéfinition collective de ce qu’est notre richesse. Dans le même temps, nos modes de vie actuels sont en grande partie contraints, et les militants « écolos » prêts à sortir réellement des modes de vie insoutenables, peu nombreux. Il faut donc bien des solutions collectives permettant une adaptation graduelle mais massive, facilitée par des investissements importants dans les infrastructures moins énergivores, l’offre accrue d’énergie de sources renouvelables, les modes de déplacement plus doux, l’isolation thermique, la conversion du

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Wojtek Kalinowski

Codirecteur de l’Institut Veblen pour les réformes économiques, il est l’auteur de le Modèle suédois (Charles Léopold Mayer, 2017).

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.