Photo : Micheile Henderson
Dans le même numéro

Une monnaie au service des communs ?

Contre le mythe d’un salut par l’investissement « vert », qu’il soit public ou privé, l’urgence écologique impose de réformer les institutions monétaires.

Alors que la notion de commun, cette diversité historique des modes de relation entre sociétés humaines et leur environnement naturel, refait aujourd’hui surface sur fond de crises environnementales et sociales, la réflexion sur une réforme fondamentale de notre système monétaire et financier adaptée à une nouvelle gouvernance de ces communs reste négligée, même par les promoteurs d’une finance régulée au service de la transition vers une économie « verte ».

Pour éclairer une telle réforme, il est nécessaire de saisir la coévolution entre systèmes monétaires et relations entre humains et nature dans son épaisseur historique. La disparition progressive des formes coutumières d’interaction avec la nature au profit d’une marchandisation de plus en plus exclusive a fait en effet perdre de vue les liens de dépendance qu’entretiennent les sociétés humaines avec les écosystèmes. Cette marchandisation se diffusera sans fléchir au fil des diverses formes institutionnelles que prendra le capitalisme. Elle mutera finalement en s’intégrant aux outils de représentation du monde que sont le droit, la science politique et l’économie, mais aussi le système monétaire et financier dont nous h&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dominique Dron

Ingénieure générale des Mines, elle a notamment supervisé le Livre blanc sur le financement de la transition écologique (ministères des Finances et de l'Écologie, 2013).

Étienne Espagne

Économiste à l'Agence française de développement, il a notamment dirigé, avec Dominique Dron, "Les communs environnementaux" (Responsabilité et environnement, n°92, 2018).

Romain Svartzman

Chercheur au Global Institute for Sustainable Prosperity.

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Bernard Perret, regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d’effet encore sur la science et les réalités économiques. C’est tout notre cadre de pensée qu’il faudrait remettre en chantier, si l’on veut que l’économie devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l’Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.