Dans le même numéro

Production audiovisuelle : quel rôle pour l'éditeur ?

janvier 2016

#Divers

Deux épisodes récents mériteraient d’être analysés du point de vue des processus de production artistique et de la justification d’une intervention des pouvoirs publics à la lumière d’une fonction centrale, celle de l’éditeur. Il s’agit d’une part de l’annonce par TF1 – premier groupe de diffusion audiovisuelle français – du rachat de Newen – l’un des trois plus gros producteurs indépendants français. D’autre part, de l’annonce par France Télévisions de son souhait de créer, avec l’Institut national de l’audiovisuel, un « Google » des programmes nationaux. Dans ces deux affaires, les enjeux industriels et technologiques ont d’emblée été repérés. Et c’est normal. Mais les enjeux culturels n’ont que peu été commentés. Ce qui est dommage.

Ces deux épisodes peuvent être regardés comme une réponse des chaînes de télévision au phénomène de « délinéarisation » des programmes – terme qui renvoie à la capacité croissante du téléspectateur à s’extraire de la contrainte que constitue la diffusion de ces programmes dans un temps défini par d’autres que lui et sur un écran de télévision. Les services de vidéo à la demande (SVàD), parmi lesquels Netflix fait figure de leader, seraient les vecte

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !