Dans le même numéro

Sur la nationalité

avril 2018

#Divers

Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy
Claire Zalc
Seuil, 2016, 400 p., 24 €
Livrer sur demande. Quand les artistes, 
les dissidents 
et les Juifs fuyaient 
les nazis (Marseille, 1940-1941)
Varian Fry
Traduit par Édith Ochs
Agone, 2017, 504 p., 15 €
La crise des migrants en Europe, le projet enterré de dénaturalisation des personnes condamnées pour faits de terrorisme en France, les Executive Orders de Donald Trump contre les ressortissants de certains pays à majorité musulmane ont ramené ces derniers mois la nationalité, ses variations et ses enjeux politiques au cœur de l’actualité. Deux ouvrages, l’un sur les dénaturalisations et retraits de nationalité sous le régime de Vichy, et l’autre, un récit autobiographique de Varian Fry autour de son sauvetage de plusieurs centaines d’intellectuels, artistes et militants en 1940-1941, proposent plusieurs perspectives historiques sur ces éléments d’apparence banale : le passeport, les documents d’identité, la liberté ou non de quitter son pays et, finalement, l’identité.
Le livre de Claire Zalc intéressera autant l’amateur d’histoire que de politique. Il retrace les mécanismes ­d’exclusion et de discrimination à pet

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Louis Andrieu

Cinéphile, il écrit sur le cinéma, les contenus audiovisuel et les images dans la Revue Esprit depuis 2013.

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.