Céreste, 1941, Wikipédia
Dans le même numéro

René Char ou la poésie fortifiée

décembre 1962

Luc Decaunes décrit dans ce texte l'énergie disloquante de la poésie de Char, sa volonté de "créer de la beauté qui rende compte de tout", ainsi que la sagesse proche du désespoir qui émane de cette poésie "art du feu vengeur autant que de l'ardente conscience".

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !