Dans le même numéro

Marion, mon amour

juil./août 2018

Un an après une élection présidentielle pleine de surprises, la mode n’est plus aux scénarios politiques écrits à l’avance. Pourtant, la rumeur enfle sur les réseaux sociaux : Marion Maréchal (Le Pen) aurait des chances sérieuses de devenir la prochaine présidente de la République. Il a suffi que Jacques Attali déclare qu’une femme sera élue en 2022 pour que la machine à fantasmes se mette à tourner à plein régime. D’un homme si bien informé de l’avenir, on ne peut attendre que des informations fiables. Dans le cas où les promesses du «nouveau monde» ne seraient pas tenues, Marion paraît désormais bien mieux placée que Marine pour relever le gant.

La jeune femme a beaucoup pour plaire. Lorsqu’il a organisé son entrée en scène lors des élections législatives de 2012 (elle n’avait que vingt-deux ans), son grand-père savait parfaitement ce qu’il faisait. Ceux qui espéraient voir le cauchemar « Le Pen » s’achever de leur vivant en prendront pour une génération de plus. Sans doute ne prévoyait-il pas que sa petite-fille finirait par abandonner un nom aussi encombrant. La jeune femme veut donner un maximum de chances &a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !