Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Marion, mon amour

juil./août 2018

Un an après une élection présidentielle pleine de surprises, la mode n’est plus aux scénarios politiques écrits à l’avance. Pourtant, la rumeur enfle sur les réseaux sociaux : Marion Maréchal (Le Pen) aurait des chances sérieuses de devenir la prochaine présidente de la République. Il a suffi que Jacques Attali déclare qu’une femme sera élue en 2022 pour que la machine à fantasmes se mette à tourner à plein régime. D’un homme si bien informé de l’avenir, on ne peut attendre que des informations fiables. Dans le cas où les promesses du « nouveau monde » ne seraient pas tenues, Marion paraît désormais bien mieux placée que Marine pour relever le gant.

La jeune femme a beaucoup pour plaire. Lorsqu’il a organisé son entrée en scène lors des élections législatives de 2012 (elle n’avait que vingt-deux ans), son grand-père savait parfaitement ce qu’il faisait. Ceux qui espéraient voir le cauchemar «  Le Pen  » s’achever de leur vivant en prendront pour une génération de plus. Sans doute ne prévoyait-il pas que sa petite-fille finirait par abandonner un nom aussi encombrant. La jeune femme veut donner un maximum de chances à l’école de sciences politiques qu’elle vient de fonder à Lyon, et qui se fixe pour la énième fois l’objectif de mettre Gramsci et la théorie de l’« hégémonie culturelle » au service de l’extrême droite. Étrange époque que celle où le nom «  Maréchal  » est cens

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Lucien Fleurier

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.