Manifestants venus en train depuis Atbara, le 17 août 2019. Par Manula amin — Travail personnel, CC BY-SA 4.0
Dans le même numéro

Reconstruire le Soudan ?

juil./août 2020

Encore en transition un an après la chute de la dictature d’Omar el-Bechir, le Soudan est désormais touché par la pandémie de coronavirus. Comment envisager la refondation politique, économique et sociale de l’État dans pareilles conditions ?

Un an après la chute de la dictature d’Omar el-Bechir, le 11 avril 2019, le Soudan est frappé par la pandémie. Les Soudanais sont quarante millions, dispersés sur un territoire qui, après la sécession du Soudan du Sud, équivaut à trois fois la France. Mais Khartoum, la capitale, est plus vulnérable : elle compte près de dix millions d’habitants, dont la majeure partie vit dans la ceinture de misère des anciens camps de déplacés. Le ministère de la Santé a pris assez tôt des mesures pour isoler le pays, avec la fermeture de l’aéroport de Khartoum dès le 17 mars 2020. Seulement 5 % des cas seraient enregistrés, mais on estime entre cent cinquante et deux cents le nombre quotidien de nouveaux cas. Sans moyens, le ministère de la Santé s’emploie à mobiliser la jeunesse urbaine pour protéger les plus vulnérables : le quart de la population souffre de malnutrition, du fait de la situation économique et financière désastreuse. Et le pays ne possède qu’un à deux ventilateurs par million d’habitants. La situation pourrait donc encore s’aggraver, avec l’arrivée de la saison des pluies d’été et la recrudescence de la malaria. Le gouvernement du Premier ministre Abdallah Hamdok, qui gère la trans

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc Lavergne

Géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient arabe et de la Corne de l’Afrique. Directeur de recherche au CNRS.

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.