Centre de Karthoum, capitale du Soudan. Photo de Hans Birger Nilsen. Wikimédia
Dans le même numéro

Soudan : temps d’arrêt ou nouveau départ ?

septembre 2019

La nomination, le 22 août, du nouveau Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, à la tête d’un gouvernement militaro-civil au Soudan, suivant l’installation d’un « Conseil souverain », marque-t-elle l’épilogue du duel qui se joue au Soudan depuis la mi-décembre 2018 ?

Elle est en tout cas l’aboutissement attendu du coup de théâtre du 7 juillet dernier quand, après deux jours de discussions, le Conseil militaire de transition (Cmt), au pouvoir depuis le renversement du président Omar El-Béchir le 11 avril dernier, et l’opposition sont parvenus à un accord de partage du pouvoir durant une période de transition ­d’environ trois ans devant mener à des élections nationales.

Le Cmt et l’Alliance pour la liberté et le changement (Alc), la coalition civile, obtiendront chacun cinq sièges au sein de ce Conseil souverain qui aura une direction alternée, d’abord confiée pendant vingt et un mois aux militaires, puis pendant les dix-huit derniers mois aux civils. Un onzième membre a été désigné par les deux parties.

L’accord prévoit la formation d’un gouvernement d’experts, qui a la lourde tâche de remettre le pays sur les rails, c’est-à-dire de rétablir les finances laissées dans un état ­désastreux par le régime précédent ; mais le rétablissement ne pourra se faire qu’avec l’aide de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, qui ne cachent pas leur ho

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc Lavergne

Géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient arabe et de la Corne de l’Afrique. Directeur de recherche au CNRS.

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.