Dans le même numéro

Débats et déraisons. Introduction

novembre 2015

#Divers

Chaque fait important de l’actualité (attentats de janvier 2015 à Paris, intervention russe dans le Donbass, négociations sur le climat...) est désormais âprement discuté sur une nouvelle scène publique aux contours très flous où la désinformation, les rumeurs et les théories du complot acquièrent une audience sans précédent. L’ampleur du phénomène est telle qu’il dépasse la sphère du fait-divers ou de l’anecdote auquel il était habituellement assigné. Il devient un problème politique à part entière parce qu’il contribue à reconfigurer les formes du débat public. Il incite à observer de près des mutations de fond : affaiblissement des médiateurs de l’information, accélération des polémiques, viralité des commentaires, rétrécissement de l’attention... Il conduit surtout à s’interroger sur les normes souhaitables du débat public. En effet, si les promoteurs du complotisme se réclament sans cesse d’une culture du débat, leur usage de la désinformation rompt avec une tradition éclairée, même si elle a toujours été contestatrice, de l’appel à l’« opinion ».

La référence à l’« opinion publique » est apparue en France dans la seconde moitié du xviiie sièc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

Comment comprendre la logique du conspirationnisme et répondre au virus de la désinformation ? Faire l'éloge du débat public.