Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Pourquoi il fallait bousculer les idées à gauche. À propos de la disparition d'Olivier Ferrand

août/sept. 2012

#Divers

À propos de la disparition d’Olivier Ferrand

Depuis 2004, la revue Esprit organise chaque mois, en partenariat avec Alternatives économiques et grâce à l’hospitalité du maire du 3e arrondissement, Pierre Aidenbaum, des rencontres publiques, ouvertes et gratuites, dans la salle des mariages de la mairie, baptisées « Esprit public ». Ces rencontres, une cinquantaine à ce jour, rituellement annoncées chaque mois en tête de nos « avis » en fin de numéro, ont été autant d’occasions de présenter à un public mélangé et impatient de poser des questions les réflexions et les débats de chercheurs, observateurs et acteurs de la vie publique, responsables politiques, syndicaux et associatifs. C’est Olivier Ferrand, alors jeune adjoint à la mairie de notre arrondissement, qui était venu dans nos bureaux nous proposer d’organiser ensemble ces événements. Après la fondation de Terra Nova, en 2008, le partenariat initial s’est naturellement élargi à son think tank et c’est ainsi que, quatre partenaires réguliers, nous avons continué à penser ensemble les invitations et à nous relayer pour animer les séances publiques, tout en distinguant clairement le travail d’Esprit de celui de Terra Nova. Olivier Ferrand voulait un dispositif très participatif, une sorte de café-philo, orie

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

Le travail, la décolonisation et la pensée du malheur

Camus, Orwell, Levinas, Blanchot: lectures croisées

Le sentiment du tragique et le goût de la beauté