Dans le même numéro

Sous la dette, une crise historique

février 2012

#Divers

La dette pèsera sur le débat politique tout au long de la campagne. Mais onen parle comme d’une contrainte extérieure et non comme le résultat dedéséquilibres historiques auxquels nous n’avons pas su remédier à temps.La dette nous a permis de maintenir un consensus salarial et social, alorsmême que le capitalisme se transformait de manière radicale et que lacroissance se tassait au fil des années.

Annoncée depuis l’automne 2011 par l’écart des taux d’emprunt français sur les marchés internationaux par rapport aux taux consentis à l’Allemagne, la dégradation de l’évaluation de la capacité française à rembourser sa dette (le fameux triple A), le 13janvier 2012, par l’agence de notation Standard & Poor’s, constitue un fait politique central de la campagne. Elle représente en effet à la fois un élément lourd du bilan de la présidence de Nicolas Sarkozy (à côté du niveau de chômage, repassé au-dessus de 9%) et une contrainte réelle sur tous les projets formulés par les candidats, puisque l’alourdissement du remboursement de cette dette pèse sur tous les scénarios budgétaires du quinquennat à venir. Elle accentue également la crainte de voir ainsi confisqué le moment démocratique de la campagne électorale, placée sous une contrainte �

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

Une présidentielle par temps de crise

Bayrou, Hollande, Le Pen, Sarkozy: portraits en campagne

Dette, désindustrialisation, université...: quels choix politiques?