Source : Pixabay
Dans le même numéro

De l’autre côté du miroir

juil./août 2020

Coopérer avec les personnes accueillies à la conception, à la mise en œuvre et l’évaluation de l’action sociale permet une meilleure inclusion sociale de ces personnes. Mais une organisation bureaucratique et une culture caritative s’y opposent.

Les pratiques et postures des professionnels de l’action sociale changent. L’affirmation peut apparaître triviale, mais, depuis vingt ans, les injonctions au changement sont continuelles et il est de bon ton de douter de leur application. Parmi les assistantes sociales, éducatrices de jeunes enfants, conseillères en économie sociale et familiale, moniteurs éducateurs, conseillers en insertion professionnelle et tous les autres, une majorité a perçu et intégré la pertinence de sortir des positionnements maternels ou paternalistes, de « faire avec » les personnes accueillies pour construire leurs parcours, de miser sur un rapport horizontal entre semblables dans l’exercice de leur métier, plutôt que sur les tensions caritatives traditionnelles.

Les projecteurs se tournent depuis quelque temps vers une dynamique complémentaire ou, pourrait-on dire, l’étape d’après. Il s’agit de considérer les personnes accueillies et accompagnées par les services sociaux et médico-sociaux, non seulement comme les acteurs de leur vie et de leur trajectoire (dans la relation de semblables évoquée ci-dessus), mais aussi comme des ressources pouvant contribuer à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation du travail social. Autrement dit, de faire participer les

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Matthieu Angotti

Après avoir occupé différentes fonctions associatives et institutionnelles, il accompagne aujourd’hui les organisations sanitaires et sociales au sein du cabinet Kaeros. Il est l’auteur, avec Robin Recht, de Désintégration (Delcourt, 2017).

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.