Dans le même numéro

Au miroir de la téléréalité

septembre 2018

Avec l’émission Loft Story en 2001, la téléréalité faisait son apparition sur les écrans français. Désormais reléguée au statut d’antiquité télévisuelle, Loft Story a depuis laissé place à une myriade de programmes du genre, attirant une audience principalement jeune et de plus en plus nombreuse. Huis clos dans des villas de luxe, lutte pour la survie dans des paysages de rêve, concours du plus beau mariage, du dîner le plus réussi… La liste n’en finit plus et les variantes encore à venir semblent pousser le curseur du spectacle de la compétition et du voyeurisme toujours plus loin. Ce phénomène qui ne cesse de s’amplifier, prenant une place prépondérante sur certaines chaînes, nourrit aussi un véritable business, à coups de scandales «people» sur les réseaux sociaux et de placements de produits. Que pourraient bien nous apprendre ces programmes, paroxysme de l’artificialité et de la superficialité télévisuelles, sur les inégalités ? Dans une réflexion sur l’intérêt littéraire de la télévision, l’écrivain américain David Foster -Wallace a émis une hypo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Léger

Professeur de lettres et de philosophie au lycée Victor-Hugo de Florence, il a récemment publié « Soumission, ou l'épuisement de tout » (Esprit, novembre 2018).

Dans le même numéro

Alors que l’efficacité des aides sociales est aujourd’hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s’interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.