Dans le même numéro

En Virginie : un moment de vérité ?

octobre 2017

#Divers

En tant qu’historien étatsunien de la France contemporaine, j’ai souvent lu avec une certaine fascination les comptes rendus de la culture étudiante française des années 1960, lorsque des groupuscules gauchistes aux sigles énigmatiques affrontaient dans le Quartier latin leurs frères ennemis d’extrême droite, Occident et autres néofascistes. J’étais intrigué par la foi absolue de cette génération dans l’action politique, comme par le décalage entre cette « guéguerre » un brin adolescente et les « véritables » enjeux auxquels faisait face la France des Trente Glorieuses…

Je ne m’attendais pas à ce que cette période de l’histoire française trouve un écho en 2017 dans mon propre pays. Or c’est un peu ce qui s’est produit au mois d’août à Charlottesville. Dans cette ville où Thomas Jefferson fonda l’université de Virginie en 1819, une poignée de groupes d’extrême droite ont décidé d’organiser une manifestation pour protester contre la décision des autorités municipales de déplacer un monument à l’effigie d’un autre Virginien à la réputation controversée : le général Robert E. Lee, commandant en chef des armées des États confédérés pendant la guerre de Sécession. Les querelles de mémoire auto

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !