Dans le même numéro

Le rire de Molière

Si Molière nous fait rire, il semble, selon ses commentateurs, que ce soit toujours dans un esprit de sérieux. Faut-il pourtant ne lui accorder du génie que dans la « haute comédie », c’est-à-dire là où le rire est déplacé ? Une autre lecture est possible, trop négligée, qui reconnaît en Molière non l’Alceste qui veut corriger les mœurs mais un grand rire franc, généreux et libérateur.