Dans le même numéro

Avant le congrès socialiste : de l’opacité au débat ?

La décantation de la course à la succession de François Hollande au congrès socialiste de Reims en novembre tarde. Et cette lenteur inquiète autant la base qu’elle agite le sommet. Le « premier parti local » de France compte des milliers d’élus et des centaines de responsables de l’appareil que la crainte commence à gagner devant l’incertitude persistante sur le résultat. Il est fort possible en effet que, pour la première fois depuis des années, il y ait à l’issue du congrès une majorité et une minorité, mais sans qu’on puisse discerner leurs contours avant les tout derniers moments. Le risque est donc grand, pour tout un chacun, de se retrouver du mauvais côté, dans une situation fragilisée. Comment y parer ? En prenant position le plus tard possible. Tel est donc le choix, ou plutôt le non-choix d’un nombre croissant de notables, à l’exception de la fédération du Pas-de-Calais, et d’une partie de celle du Nord qui soutiennent Martine Aubry. Les autres se sont résolus à déposer des contributions indépendantes, soit sous forme nationale comme la « ligne claire » du maire de Lyon et du premier fédéral des Bouches-du-Rhône, soit dans une floraison de textes locaux qui cherchent à se différencier par la défense de telle idée écologique ou de telle mesure fiscale. La manœuvre, en deux temps, vise à fixer sa

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

La Ville Capitale, la France et le monde
La dynamique métropolitaine, entre local et global
Paysages, échelles et limites du Grand Paris
Le "Paris Métropole" de Philippe Panerai
Une capitale en manque d'imaginaire
La démocratie métropolitaine est-elle encore possible ?