Manifestation anti passe sanitaire à Reims, juillet 2021 | Photo : G.Garitan — Wikimédia (CC BY-SA 4.0)
Dans le même numéro

L’empreinte politique de la Covid

La pandémie a acquis un rôle structurant de la vie politique, dont certains effets étaient visibles dans les élections régionales et départementales de 2021. L’idée d’une crise durable a im posé le thème de la sécurité, renforcé la coopération internationale et orienté l’opinion vers un réflexe de cohésion, qui pour l’heure profite à Emmanuel Macron.

Les élections régionales et départementales de 2021 ont constitué le dernier vote national avant la présidentielle, puisque le projet de référendum sur la garantie écologique a été abandonné aussitôt après leur tenue. Les décalages, que ce dernier test en grandeur réelle a pu révéler, avec les prévisions des sondages et des médias vont-ils se répéter ? Deux surprises surtout ont retenu l’attention.

La première est l’abstention, qui a atteint un niveau record aux régionales (66 % au premier tour) et n’a pratiquement pas diminué au second tour malgré les appels de tous bords à l’obligation civique. La seconde est le recul, net et général, du Rassemblement national (RN). Recul imprévu, car consécutif à une première place aux élections européennes, et recul paradoxal, qui intervient à un moment où Marine Le Pen semblait avoir regagné en image tout ce qu’elle avait perdu dans son débat désastreux du second tour de 2017.

L’abstention massive a amplifié une tendance lourde. La défaite du RN marque au contraire un retournement et conduit à se demander si un réalignement des rapports de force électoraux n’est pas en cours. La référence par excellence d’une élection surprise est celle de 2002 : la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle. À l’époque, un coefficient de redressement avait été introduit dans les sondages pour compenser la sous-déclaration « honteuse » des intentions de vote en faveur du Front national. Avec succès. Mais le dé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

La question du logement nous concerne tous, mais elle peine à s’inscrire dans le débat public. Pourtant, avant même la crise sanitaire, le mouvement des Gilets jaunes avait montré qu’elle cristallisait de nombreuses préoccupations. Les transformations à l’œuvre dans le secteur du logement, comme nos représentations de l’habitat, font ainsi écho à nombre de défis contemporains : l’accueil des migrants, la transition écologique, les jeux du marché, la place de l’État, la solidarité et la ségrégation… Ce dossier, coordonné par Julien Leplaideur, éclaire les dynamiques du secteur pour mieux comprendre les tensions sociales actuelles, mais aussi nos envies de vivre autrement. À lire aussi dans ce numéro : le piège de l’identité, la naissance du témoin moderne, Castoriadis fonctionnaire, le libéralisme introuvable, un nouveau Mounier et Jaccottet sur les pas d’Orphée.