Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Bayrou, entre l'appoint et l'utopie

décembre 2006

#Divers

Un sondage, un seul, de l’Ifop à la mi-octobre, a projeté François Bayrou à 12%, et cela a suffi pour que le chef de l’Udf fasse la couverture ou le dossier principal de toute la presse. Artifice médiatique pour trouver à tout prix une nouvelle story ? Moralisme démocratique qui veut priver Le Pen du monopole de la perturbation ? Pas seulement.

Un troisième homme …

L’élection présidentielle française semble avoir structurellement besoin d’un troisième homme, rarement pour faire la décision, mais plutôt pour ajouter du piquant à la fatalité monotone (déjouée seulement en 2002) du second tour, donner une coloration complémentaire au débat et au rapport des forces. Dès 1965, les 15 % de Lecanuet avaient ainsi marqué la fin de la domination gaulliste. Au fond, le troisième homme légitime la structure à deux tours de l’élection qui reflète la résistance du paysage politique français à se couler complètement dans le moule bipolaire de type anglo-américain, qu’ont rejoint l’Allemagne, l’Espagne et plus récemment l’Italie même. Jusqu’à présent, c’est la diversité de la droite qui a fourni ce troisième homme : après Lecanuet-de Gaulle, Poher-Pompidou, Giscard-Chirac, Chirac-Barre, Balladur-Chirac. Le surgissement de Le Pen en 2002 en lieu e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

De quel "legs colonial" parle-t-on ?
Une ville postcoloniale : Kinshasa
Mémoires d'empire et cultures transnationales