Dans le même numéro

Bilan des élections : jusqu'ici, tout va bien…

mai 2015

#Divers

Les élections départementales de mars 2015 ont confirmé le principal enseignement des élections municipales et européennes de 2014 : le Front national se situe régulièrement au même niveau de votes que les deux grandes forces de gouvernement, Ump et PS. Cette situation est généralement décrite comme une tripartition plutôt que comme un tripartisme, dans la mesure où toute alliance est explicitement exclue entre ces partis. Elle signifie que le parti d’extrême droite a franchi un palier, qui est le second de son histoire.

Sa première phase de croissance s’était réalisée dans la période où les différences s’étaient estompées entre les deux partis de droite sur la question de la souveraineté nationale et de l’Europe, au profit de la ligne de l’Udf. Plus généralement, la disparition d’un positionnement autoritaire représenté par le Rpr avait libéré un espace à droite pour le remplacement du gaullisme par un nationalisme xénophobe, animé par les ennemis du Général, ceux de 1940, mais surtout ceux de la guerre d’Algérie. La seconde phase, incarnée par Marine Le Pen, a anticipé l’évolution des socialistes qui, tout en conservant leur libéralisme sociétal, abandonnaient leur étatisme économique. L’espace ainsi libéré a été occup

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !