Dans le même numéro

Europe : le choc de la crise frappe la gauche plus que la droite

novembre 2009

#Divers

Dans la panique de l’automne 2008, les clivages politiques se sont estompés mais, une fois la tourmente passée, les partis de gauche se trouvent en difficulté presque partout à travers l’Europe. Si la grille de lecture de la gauche semble trop liée à l’ancien monde industriel pour garder une pertinence aujourd’hui, elle doit désormais s’attacher au défi de l’environnement : comment inventer une nouvelle synthèse démocratique intégrant question sociale et impératif environnemental ?

Le paradoxe des élections européennes de juin 2009 est devenu le point de départ de toute réflexion sur les conséquences politiques de la crise. Moins d’un an après le krach de Lehman Brothers, sous un horizon de récession et de chômage, au terme d’une période marquée par une surenchère de discours et de mesures interventionnistes chez les gouvernants, à l’exception relative d’Angela Merkel, le message envoyé par les électeurs de l’Union européenne a été presque partout le même : consolidation des partis conservateurs, sanction des social démocrates. Leçon d’autant plus forte qu’elle s’est exprimée de façon convergente à travers le filtre de plus d’une vingtaine de campagnes nationales cloisonnées et quelle que soit la situation

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

Une crise qui dépasse l'économie
A la recherche d'un modèle de croissance
Transformations et diversités du capitalisme
Chine, Inde, Russie : la crise vue d'ailleurs
L'effondrement immobilier et l'avenir des villes
Vrais et faux procès du savoir économique