Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Gauche : qu’aucune tête ne dépasse !

janvier 2008

#Divers

En sept mois de présidence sarkozyste, quels ont été les résultats du PS comme parti d’opposition ? Au second tour des législatives, il a spectaculairement endigué un raz de marée Ump en dénonçant le risque imminent de Tva sociale, échappée de la bouche imprudente de François Fillon. Cette contre-attaque, venue de l’intuition du « sage actif » qu’est devenu Laurent Fabius, et amplifiée par une offensive exceptionnellement convergente de tous ses leaders, n’a pas eu seulement l’effet immédiat de rééquilibrer l’Assemblée nationale. Elle a également limité les marges de manœuvre du gouvernement pour compenser le trop faible effet du paquet fiscal du président, et installé l’idée d’un pêché originel d’injustice et d’inefficacité qui resservira souvent.

Mais ce succès a été le seul de la période à produire une influence durable dans les esprits et à être clairement attribuable aux socialistes. Dans les autres (et rares) batailles du premier semestre, le PS a paru à la remorque, embarrassé et pressé d’en finir. Il en a été ainsi de la loi sur l’immigration, réduite à la dénonciation des tests Adn, menée par des cercles pour une fois plus larges que la seule gauche des droits de l’homme, avec, au premier rang, les villepinistes mais finalement désavouée par le Conseil constitutionnel. Des

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

Transition démocratique : la fin d’un modèle
La promotion de la démocratie et ses impasses
L'universalisme démocratique : pour une confrontation des modèles
Le 2 décembre de Vladimir Poutine