Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La primaire : un réenchantement de la politique ?

novembre 2011

#Divers

Les mois de septembre et d’octobre ont été écrasés médiatiquement par la primaire socialiste. Celle-ci a rempli, et même dépassé, les objectifs de ses promoteurs. La très forte participation, quoique inférieure à la fameuse primaire italienne, qui avait vu quatre millions d’électeurs donner la victoire à Romano Prodi, a manifesté un potentiel de remobilisation politique très positif, après une suite d’élections marquées par les progrès de l’abstention. Elle a créé une dynamique de légitimation du vainqueur, qui a creusé l’écart au second tour. Et, de façon plus surprenante encore pour tous ceux qui pouvaient craindre une décrédibilisation d’un parti autodéssaisi de son pouvoir de sélection ou le creusement d’un gouffre entre le projet du parti et celui du candidat, le parti socialiste est ressorti globalement grandi par la bonne tenue de débats dont l’audience a été croissante, la qualité individuelle des compétiteurs et la représentativité du panel qu’ils ont constitué dans la variété des positionnements et des générations. L’événement s’inscrit dans une double tendance : une tendance française à la polarisation par la présidentielle et un besoin général de démocratie plus participative qui conduit la classe politique française à envisager la généralisation, à l’italienne, de la méthode des primaires, notamment aux municipales, dont on sait qu’elles sont les seules élections, avec la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !