Dans le même numéro

La sécurité sans idéologie

décembre 2015

#Divers

Est-ce parce que le massacre du vendredi 13 novembre 2015 a été dix fois plus meurtrier que les tueries du 7 au 9 janvier ? Ou parce que ses victimes étaient moins précisément ciblées que les dessinateurs de Charlie et les clients d’une épicerie kasher ? Ou plus simplement parce qu’il s’agissait du second attentat dans la même année ? Les réactions aux deux événements ont été assez différentes.

En janvier, la première impression a été celle d’un télescopage des époques : Wolinski, Cabu, ressurgis pour mourir sous les coups d’islamistes issus d’un monde nouveau, mais eux-mêmes apparemment attardés dans leur rancune contre des dessins déjà anciens. Et la permanence de la haine antisémite exprimée deux jours après par Coulibaly n’apportait aucune aide pour inscrire l’événement dans le temps. En novembre, à l’inverse, l’inscription de la plupart des victimes dans la génération bien précise des trentenaires paraît leur tracer un destin, ou du moins une condition réduite comme le fit jadis le sida pour d’autres.

En début d’année, la seconde impression a été celle produite par le clivage entre ceux qui

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

A l’occasion de la Cop21, la revue Esprit se demande comment les sciences humaines élaborent de nouveaux outils conceptuels pour habiter la Terre de manière responsable. Le dossier réunit les contributions de Philippe Descola, Dale Jamieson, Pierre Charbonnier et Catherine Larrère, ainsi qu’une table ronde composée de savants et de politiques.