Dans le même numéro

Sarkozy à mi-mandat : dépenser plus pour gagner plus

décembre 2009

#Divers

À mi-mandat, Nicolas Sarkozy paraît dans une forme qu’on pourrait situer à mi-chemin entre celles de ses deux prédécesseurs, Jacques Chirac et... Lionel Jospin, à pareille époque. Fin 2004, Jacques Chirac avait enregistré des défaites si lourdes aux élections intermédiaires, régionales puis européennes, qu’il était devenu clair pour son camp qu’il faudrait changer de leadership et probablement d’orientation. À l’inverse, Lionel Jospin, Premier ministre d’une cohabitation quinquennale, pouvait se flatter, en 1999, de très bons sondages et d’une primauté incontestée sur son camp. Il se crut dès lors dispensé de donner un second souffle à son gouvernement comme à la coalition de « gauche plurielle », et fut conduit à une défaite inattendue et cuisante. Fin 2009, l’actuel président ne connaît ni l’alerte dépassée de Chirac, puisqu’il a réussi un bon résultat aux européennes, ni la bonne cote trompeuse de Jospin puisque sa popularité a recommencé à dégringoler à la rentrée.

Faible adhésion mais pas de rejet en bloc

Cette bride courte dans laquelle l’opinion le tient le contraint à la précaution active, voire frénétique, pour préserver le capital acquis en 2007

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

Autour de Copenhague, l'impératif écologique
Changer les comportements : une utopie ?
La fin du productivisme et le déphasage de la gauche
Eco-métropole et ville durable, un nouvel urbanisme ?