Dans le même numéro

Position – La gauche a-t-elle honte de sa politique sociale ?

janvier 2015

#Divers

On connaît la formule du Front national sur ce qu’il appelle l’« Umps », qui considère donc que Ump et PS, c’est « bonnet blanc et blanc bonnet », comme d’une façon différente mais finalement assez proche, Jacques Duclos, secrétaire général du parti communiste, le disait des gaullistes et de la Sfio. Bref, droite comme gauche, tout cela serait équivalent.

Contrairement à ce qu’on lit souvent, les partis de gouvernement (PS, Ump, Modem) étaient, en 2012, tout à fait convaincus de l’état très préoccupant de la France et aucun, si on considère attentivement leur programme, ne s’est lancé dans des promesses exorbitantes ; tous, au contraire, ont fait, pourrait-on dire, le « service minimum » pour rassurer leurs piliers électoraux, sans aller plus loin. Mais leurs « fondamentaux » diffèrent réellement : on peut le vérifier simplement sur le plan social. Quelques exemples sont très significatifs.

En septembre 2012, l’allocation de rentrée scolaire a crû de 25 % et a encore légèrement augmenté par la suite (1,2 % en 2013 et 0,7 % en 2014) ; délivrée sous conditions de ressources à trois millions de familles pour plus de c

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !