Dans le même numéro

Retour au travail : chiche !

août/sept. 2011

#Divers

Depuis plusieurs semaines, des membres importants de la majorité présidentielle (hier Laurent Wauquiez, aujourd’hui Jean-François Copé) suggèrent avec insistance que les bénéficiaires du Rsa travaillent 5 heures (voire 10) par semaine en échange des prestations qu’ils reçoivent.

On ne discutera pas longtemps les arrière-pensées politiques qui se cachent là : faire passer les bénéficiaires d’aides pour des profiteurs et des tricheurs est un nouveau sport assez peu exaltant ; il suffira juste de rappeler que le total des fraudes sur l’ensemble des prestations de Sécurité sociale est de 458 millions d’euros, chiffre en apparence énorme mais qui, rapporté au total de ces prestations (dont le Rsa n’est qu’une faible part et qui atteint 450 milliards), ne représente que 0,1 %. On aimerait connaître la proportion de ceux qui évitent de se déclarer au seuil de l’Isf et évitent ainsi cet impôt…

Le travail n’est pas une occupation

Plus intéressant est de s’attacher aux postes proposés pour ces quelques heures de travail hebdomadaires ; on parle de la voirie, de postes d’éboueurs 

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Clément

Président de l'association Un Ballon pour l'insertion, responsable d’équipes d’accompagnement de familles à la rue et en bidonville au Secours Catholique, il est l'auteur de Dans la rue avec les sans-abri (Jubilé-Le Sarment, 2003) et de Une soirée et une nuit (presque) ordinaires avec les sans-abri (Cerf, 2015).

Dans le même numéro

Les paysages de Claude Lévi-Strauss

L'anthropologue, l'espace habité et la mondialisation

De la déception politique à l'écologie négative

Tristes tropiques, le Brésil et l'islam