Dans le même numéro

Aylan et Gucci : l'insupportable

octobre 2015

#Divers

La photo du cadavre d’Aylan Kurdi, l’enfant syrien échoué sur une plage turque, qui a été publiée en première page du Monde le vendredi 4 septembre 2015, est dans toutes les mémoires. Elle a déjà donné lieu à mille commentaires dont ceux de Philippe Dagen, le critique d’art du journal, le 12 septembre. Après avoir souligné les « caractéristiques visuelles » de l’image (les couleurs du cadavre vêtu de bleu et de rouge, la lumière sur la chevelure, les vagues grises, tout cela faisant contraste), il insiste sur la puissance émotionnelle du lieu (une plage) et sur les vêtements à l’occidentale de l’enfant, avant de rappeler les œuvres picturales et photographiques auxquelles l’image fait écho. Et de citer Giotto, Bruegel l’Ancien, Rubens et surtout Nicolas Poussin à propos du Massacre des innocents (par Hérode). Et de remettre en mémoire à propos des victimes d’atrocités : Guernica, le Charnier et l’Enlèvement des Sabines de Picasso. Enfin, il s’étonne que « montrer un drame du monde musulman s’offre à une lecture selon l’iconographie du christianisme », comme ce fut déjà le cas pour la Pietà du Kosovo en 1990 et la Madone de Bentalha en 1997. L’Occident ne pourrait ainsi s’émouvoir d’une image qu’en l’inscrivant dans sa propre mémoire iconog

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Les discours de haine en démocratie

La dignité des personnes contre la liberté d'expression

Les extrémismes au tribunal