Dans le même numéro

De la piraterie protestante aux piratages contemporains. Ou de la capacité à s'incruster dans les interstices

juillet 2009

#Divers

Ou de la capacité de s’incruster dans les interstices

Si l’on admet le diagnostic selon lequel la mondialisation signifie que notre présent est « liquide », peut‑on remettre le pied sur la terre ferme ? Plutôt que d’opposer monde terrestre et monde océanique, il faut observer les configurations en archipel, qui associent le solide et le liquide, et comprendre les espaces mixtes du flux et du réseau qui organisent de plus en plus notre géographie.

Si on ne résume pas abusivement la mondialisation contemporaine1 à sa dimension économique, si l’on ne feint pas de croire que l’homo oeconomicus cher à Adam Smith et Karl Marx est à lui seul « l’homme mondial », on peut observer que l’imaginaire de la mondialisation renvoie à la fois au « protestantisme » et au « Nouveau monde » américain marqué par la traversée du désert, le road movie, la grand-route. L’originalité de la réflexion d’Olivier Abel et des articles historiques publiés dans ce dossier est de le souligner à travers la figure inattendue du pirate.

liquide, protestant, américain&n

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

L'imaginaire pirate de la mondialisation
Anthropologie de la flibuste et théologie radicale protestante
Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice