Dans le même numéro

Jerzy Skolimowski : le retour en Pologne… au risque de la folie

juillet 2009

#Divers

Après être sorti furtivement en France sur les écrans en 2008, le film Quatre nuits avec Anna de Jerzy Skolimowski est désormais disponible en Dvd. C’est un événement à double titre : ce film récent du cinéaste polonais attire à nouveau l’attention sur un parcours artistique, chaotique mais impressionnant, qui s’étend depuis plus d’un demi-siècle1, et il permet de voir un film d’une grande originalité qui résume bien l’art de Skolimowski.

Sortir de Pologne

Après y avoir réalisé durant les années 1960 une série de films dont certains sont devenus mythiques, il quitte la Pologne après l’interdiction d’une satire de la société, Haut les mains (1967). Exilé, il tourne ensuite en Europe puis aux États-Unis quelques films cultes (en 1967 Le départ qui raconte les rêves d’évasion d’un Jean-Pierre Léaud qui joue un garçon coiffeur, en 1970 Deep end qui porte sur l’adolescence, en 1982 Travail au noir qui met en scène des travailleurs clandestins polonais à Londres...). Parallèlement, ce boxeur amateur joue dans les films des autres (il est le photographe du Faussaire de Viktor Schloendorff en 1972, l�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

L'imaginaire pirate de la mondialisation
Anthropologie de la flibuste et théologie radicale protestante
Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice