Dans le même numéro

L'Apocalypse, l'éternel retour et la fin du monde

janvier 2013

#Divers

Un calendrier maya annonçait que le 21 décembre serait le jour de la fin du monde ; le monde devait disparaître, la lumière s’éteindre. L’Apocalypse partout ! Même aux confins de la Russie profonde, les scénarios n’étaient pas gais : des prévisions d’oracles ou de voyants et la prédiction maya ont créé un mouvement de panique et précipité l’achat de bougies, d’allumettes et de lampes à pétrole dans les coins les plus reculés de la Sibérie1. Mais nous sommes toujours là en ce début d’année 2013, survivants d’une apocalypse qui n’a pas eu lieu, attendant la prochaine. Et le soleil se lève toujours. Mais alors, pourquoi cette fascination apocalyptique pour la fin du monde2 ?

Le dernier prix Goncourt, le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari, un livre qui a suscité d’emblée l’intérêt des lecteurs, met en scène deux jeunes philosophes qui se retirent dans la montagne corse, un peu hors du monde, pour tenir un bar ; deux jeunes philosophes dont l’un a travaillé sur Leibniz, le penseur de tous les mondes possibles, et l’autre sur saint Augustin, l’auteur de la Cité de Dieu dont les Confessions an

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Habermas, Heidegger, Ricoeur, Wittgenstein: la permanence de la question religieuse dans les philosophies contemporaines

Les croyances de l'homme démocratique

La philosophie en butte à l'absolu