Dans le même numéro

Le rapport Attali pour la libération de la croissance. Pourquoi une telle incompréhension ?

mars/avril 2008

#Divers

Pourquoi une telle incompréhension ?

Mal accueilli, le rapport Attali1 a prêté le flanc à l’incompréhension pour diverses raisons. 1) Cet appel à la « libération » de la croissance exigeait un climat économique favorable, susceptible notamment de redorer l’image des entreprises innovantes. Ce ne sera pas le cas : la croissance est annoncée à moins de 2 %, la crise des subprimes, et l’affaire Kerviel à la Société générale ont terni à nouveau l’image d’un capitalisme financier qui a déjà mauvaise réputation dans l’Hexagone. 2) Son intitulé mettant en avant trois cents mesures et sa valorisation outrancière par le président de la République depuis l’automne en ont fait un double tardif du programme présidentiel, soustrait à toute délibération. Présenté comme un ensemble cohérent, il paraissait s’imposer comme un tout, « à prendre ou à laisser », quelque peu hautain. 3) L’esprit de la commission n’a guère donné lieu à un discours « global » de mise en situation au moment de sa présentation publique. Pourtant, dans la version publiée, chaque membre (il faut être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître la qualité des membres, même s’il y a trop d’économiste

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Désastre humanitaire et sécurité humaine
Crises financières : l'aveuglement au désastre
La grippe aviaire : une catastrophe annoncée ?
Tchernobyl et l'invisibilité du mal
Ce que l'apocalypse vient faire dans l'histoire