Dans le même numéro

Mettre en scène un garde du corps

juin 2009

#Divers

Combien de comédies américaines ont raconté l’histoire d’un garde du corps (le bodyguard) qui, chargé de protéger une star ou un personnage politique, en tombe immanquablement amoureux ? El Custodio (2006), premier film d’un cinéaste argentin (Rodrigo Moreno), fort bien accueilli dans de nombreux festivals, se démarque de ce scénario éculé. Du cinéaste, on ne sait pas grand-chose (le bonus du Dvd est avare d’informations), on imagine cependant un jeune réalisateur frais émoulu d’une école de cinéma de Buenos Aires comme il y en a des centaines dans le monde aujourd’hui.

Poste d’observation

C’est souvent le cas d’un premier film, le cinéaste a pensé son sujet, un vrai sujet de cinéma. Le film met en scène « doublement » un personnage, celui du garde du corps d’un ministre argentin qui n’en finit pas d’aller de réunion en réunion et passe beaucoup de temps en voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre.

Première mise en scène : celle du réalisateur qui regarde le garde du corps ou plutôt le corps du garde du corps. Celui-ci qui doit être prêt à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Bien-être, croissance, richesse : que faut-il mesurer ?
Les stratégies absurdes des rapports marchands
Mesurer, prévoir, compter : les valeurs et les chiffres