Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Positions : L'intervention militaire en Libye : une exception pour les contestataires syriens

octobre 2011

#Divers

Alors que la chute de Muammar Kadhafi était imminente et que les rebelles libyens s’emparaient de Tripoli, Burhan Ghalioun, professeur de sociologie politique à l’université de Paris 31, était nommé le 29 août à la tête d’un Conseil national de transition syrien par des réseaux de coordination de la révolution anti-Assad (tansiqiyat). À ceux qui lui demandaient son avis sur l’effet domino du printemps arabe et l’interrogeaient sur les conséquences pour la Syrie de la victoire contre le tyran libyen, il manifestait son inquiétude concernant le recours à la violence :

L’événement est positif et négatif. Positif car il démontre que les dictatures sont vouées à tomber et il renforce la détermination des opposants à continuer le combat. Négatif car il donne à certains militants l’idée que le modèle libyen peut être tenté. À quoi bon s’attacher à la non-violence, disent-ils, alors qu’en Libye, la dictature a été liquidée par les armes ? Quelques voix en appellent même à une intervention militaire étrangère, ce qui est une pure illusion. Face aux massacres politiques quotidiens, les gens cherchent une solution décisive2.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012. Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte anti-totalitaire,…

Dans le même numéro

Exister au travail

Méconnu, méconnaissable: le travail aujourd'hui

Des risques psychosociaux bien encombrants

Promouvoir la capacité d'agir des salariés