Dans le même numéro

Taken, ou l'ensauvagement de Paris

mai 2008

#Divers

Taken : voilà un film policier particulièrement violent (qui a connu un succès d’audience en France), un film dont on ne parlerait pas si les bavardages utiles autour du Grand Paris ne faisaient resurgir la question de l’image de la ville Capitale. Comment voit-on Paris aujourd’hui ? Si le film a été réalisé par un Français, Pierre Morel, et si le metteur en scène du Grand Bleu, Luc Besson, a mis la main au scénario, Taken parle d’Américains à Paris et se destine à un public international.

Le scénario est parfaitement ficelé : ancien des services secrets américains qui a longtemps été en poste au Proche-Orient (Beyrouth, Irak, etc.), Bryan a pris sa retraite. Il compte consacrer du temps à sa fille dont il ne s’est pas trop occupé jusqu’alors. Pas plus que de sa femme, apparemment, puisque celle-ci est partie avec un homme plus riche que lui. Il faut donc qu’il se rattrape et prenne sa revanche. Après une première séquence qui montre la cérémonie d’anniversaire de sa fille où il se ridiculise car son cadeau n’est pas à la hauteur, il autorise celle-ci, non sans hésitation car elle est mineure, à partir à Paris avec une amie. Très méfiant car Paris n’est pas une ville sûre selon ce connaisseur, il exige

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français