Sculpture Luba, Pavillon des Sessions, musée du Quai Branly | Photo : Jean-Pierre Dalbéra. Flickr cc-by-2.0.
Dans le même numéro

Conflits et paix. Les rites de réconciliation en Afrique

juil./août 2020

Les rites de réconciliation des Baluba du Congo scellent la solidarité communautaire et s’accompagnent de processus d’ethnogenèse. Ils constituent ainsi des méthodes de prévention et de résolution des conflits qui peuvent contribuer à une culture de la paix.

La palabre, moment de délibération qui scelle une amitié ou vise une réconciliation, couvre des pratiques rituelles multiformes dans toutes les cultures africaines. Un différend, une hostilité offrent l’opportunité d’une paix possible et l’advenue d’une nouvelle alliance. Ces pratiques constituent une contribution majeure au vivre-ensemble citoyen[1], de même que la concorde entre communautés et États. Cette étude décrit une situation concrète et cherche à montrer l’intérêt de ces rituels pour une certaine modernité africaine en matière de prévention et de résolution des conflits. Il s’agit de bujilanga[2]. Qu’est-ce qui inspire la diversité des rites d’alliances – privées ou intercommunautaires – en matière de fraternité et de mutualisation de solidarité ? Le phénomène s’étend jusqu’à la création d’entités socio-ethniques nouvelles.

Un rite enraciné

Au centre-sud et sud-est de la République démocratique du Congo vit un peuple dénommé Luba, se réclamant de l’ancien empire du même nom ayant existé entre le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Philippe B. Kabongo-Mbaya

Chercheur en sociologie, pasteur de l’Église réformée de France et consultant en matière de résolution de conflits, il est notamment l’auteur de L’Église du Christ au Zaïre (Karthala, 1992).

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.