Dans le même numéro

L'universalisme démocratique : histoire et problèmes

janvier 2008

#Divers

Les désillusions des projets d’« exportation » de la démocratie invitent à s’interroger, au-delà des naïvetés qui ont entaché des opérations d’occupation armée, sur l’idée même d’un «modèle » démocratique. Alors que l’universalisme a longtemps été pensé sous une forme condescendante voire impériale, il importe, pour ne pas verser dans un relativisme désastreux, d’envisager un universalisme ouvert. Celui-ci passera par la confrontation des expériences et nous invitera à un retour sur les indéterminations et les apories de nos propres expériences politiques.

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, moins de 20 % des pays pouvaient être considérés comme démocratiques, au sens (minimal du terme) de régimes dans lesquels les gouvernants étaient élus dans le cadre d’une compétition électorale entre partis véritablement ouverte. Les valeurs et les institutions démocratiques étaient d’ailleurs alors vivement contestées de divers côtés, accusées par les uns de n’être que mystificatrices car purement formelles (rhétorique communiste) et par les autres d’être inadaptées à des sociétés peu développées en laissant le champ libre à la manipulation démagogique des masses (rhétorique conservatrice). Réalisati

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !